Les coûts de la non qualité dans l’industrie

L’Afnor publie les résultats de la dernière enquête sur ‘Les coûts de la non qualité dans l’industrie‘. Il en ressort que les entreprises peinent à mesurer ces coûts, par manque de temps, difficultés techniques, ou liées au facteur humain.Enquête-nationale-les-coûts-de-la-non-qualité-dans-lindustrie

Les réponses passent par la capacité à développer des indicateurs en commençant par les indicateurs clés facile à mesurer, complétés par des indicateurs qualitatifs, en élargissant le champ des parties intéressées concernées, et en mettant en place un suivi régulier.
Certains, comme ceux relatifs aux faiblesses managériales (non mesurées pour 60% des répondants), nécessitent d’impliquer tous les acteurs, et notamment le personnel pour faciliter le partage d’informations.
La version 2015 de l’ISO 9001 contribue à renforcer la réflexion sur les risques et opportunités, apport indiscutable dans l’anticipation et le pilotage par la direction de l’entreprise, en restant vigilant sur les actions à mettre en oeuvre face à ces risques et opportunités, et l’évaluation de leur efficacité.
Le système de management et ses objectifs doivent être remis en perspective au regard  du contexte évolutif de l’organisation. La gestion de la connaissance, et la capacité à mobiliser la ressource en interne, sont au coeur du dispositif de management de la qualité. Enfin, le champ des parties intéressées, outre le client, doit également intégrer les fournisseurs, pour lesquels l’évaluation et la surveillance des performance sont un facteur clé.
Publicités

Système de management de l’énergie ISO 50001 : le carnet de bord ADEME

thermofuite vapeurL’ADEME publie un carnet de bord du système de management de l’énergie, qui regroupe les témoignages et partage d’expériences des entreprises engagées dans l’opération collective menée avec les CCI de Normandie et la Région Normandie.

Cette opération a rassemblé plus d’une vingtaine d’entreprises engagées dans la structuration de leur système de management de l’énergie. Précurseurs dans ce domaine, les consultants d’ALTICIME ont contribué, dès l’origine du dispositif, à former les consultants accompagnant les entreprises lors de la première opération en Haute Normandie.

Ce carnet de bord donne des clés permettant de comprendre l’intérêt de la démarche ISO 50001, les apports en terme de performance économique, et les facteurs clés de succès.

Structurez votre démarche énergétique et maîtrisez durablement vos dépenses avec le Système de Management de l’énergie (SMé).

Les pratiques internationales de management de l’énergie

ALTICIME

etude-afnor-performance-energetique-iso-50001L’AFNOR a actualisé en 2017 son étude internationale sur les pratiques de management de l’énergie parue fin 2015. 94% des 185 organismes certifiés ISO 50001 déclarent recommander le référentiel, vu comme un outil d’accompagnement de la démarche.

Outre l’obtention d’une certification, les éléments déclencheurs les plus cité de la démarche sont :

  • la nécessité de faire des économies financières à travers une gestion de l’énergie,
  • la stratégie de l’entreprise,
  • les subventions et aides financières proposées,
  • la hausse des prix de l’énergie et/ou du carbone (passée et/ou future),
  • structurer et rationaliser l’existant.

Les bénéfices financiers reconnus de l’outil sont de mieux identifier les zones de consommation d’énergie. Les bénéfices non financiers sont principalement liés à la mise en place de vecteurs de progrès sur la durée, de hiérarchisation d’actions stratégiques, et de montée en compétences du personnel.

Un tiers des organisations consultées ont vu leurs résultats, en terme de retour sur investissement, dépasser leurs espérances, et plus de…

Voir l’article original 13 mots de plus