L’audit énergétique, c’est 20 à 30% d’économies

AFNOR Energie publie une nouvelle étude qui passe en revue les enseignements de 72 audits énergétiques reposant sur la norme volontaire EN 16247.

Le décret d’application du 24 novembre 2014 de la loi du 16 juillet 2013 rend obligatoire, tous les 4 ans, un audit énergétique pour les entreprises de plus de 250 salariés ou cumulant un chiffre d’affaires annuel supérieur à 50 M€ et un total de bilan supérieur à 43 M€.

L’étude AFNOR met en lumière un gisement de 20 à 30 % d’économies en moyenne sur les bâtiments et/ou sur les procédés industriels.

Les préconisations de l’auditeur s’articulent sur les 3M (Matériel, Mesure et Management). Toutefois, 88 % des actions se focalisent sur le matériel et seulement 12 % sur le management et la mesure. Sur ces deux derniers axes, la mise en place d’un plan de mesure et d’une démarche de management de l’énergie ISO 50001 prend  alors tout son sens pour valoriser les résultats de l’audit énergétique dans une dynamique d’amélioration continue.

Lien vers létude AFNOR

Publicités

Les pratiques internationales de management de l’énergie

etude-afnor-performance-energetique-iso-50001L’AFNOR a actualisé en 2017 son étude internationale sur les pratiques de management de l’énergie parue fin 2015. 94% des 185 organismes certifiés ISO 50001 déclarent recommander le référentiel, vu comme un outil d’accompagnement de la démarche.

Outre l’obtention d’une certification, les éléments déclencheurs les plus cité de la démarche sont :

  • la nécessité de faire des économies financières à travers une gestion de l’énergie,
  • la stratégie de l’entreprise,
  • les subventions et aides financières proposées,
  • la hausse des prix de l’énergie et/ou du carbone (passée et/ou future),
  • structurer et rationaliser l’existant.

Les bénéfices financiers reconnus de l’outil sont de mieux identifier les zones de consommation d’énergie. Les bénéfices non financiers sont principalement liés à la mise en place de vecteurs de progrès sur la durée, de hiérarchisation d’actions stratégiques, et de montée en compétences du personnel.

Un tiers des organisations consultées ont vu leurs résultats, en terme de retour sur investissement, dépasser leurs espérances, et plus de 50% déclarent une économie sur leur facture énergétique comprise entre 5 et 30%.

Lien vers l’étude

Publication des normes NF EN 16247 parties 2, 3 et 4 sur l’audit énergétique dans le bâtiment, l’industrie et le transport

Les normes NF EN 16247 parties 2, 3 et 4 sont publiées. Elles complètent la norme NF EN 16247-1, en précisant les exigences spécifiques pour les bâtiments, les procédés industriels et le transport, dans l’ objectif de faciliter l’application de la Directive efficacité énergétique.

Les audits énergétiques réalisés selon ces normes répondent aux critères minimaux pour les audits énergétiques conformément aux dispositions de l’annexe VI de cette directive.

– norme NF EN 16247-1 « Audits énergétiques – Partie 1 : exigences générales »
– norme  NF EN 16247-2 « Audits énergétiques – Partie 2 : bâtiments »
– norme NF EN 16247-3 « Audits énergétiques – Partie 3 : procédés » (Industrie)
– norme NF EN 16247-4 « Audits énergétiques – Partie 4 : transport »

Alticime est qualifié par l’OPQIBI pour la réalisation des audits énergétiques répondant aux exigences de ces référentiels.

Projet de loi rendant obligatoire l’audit énergétique pour les entreprises

Un projet de loi transpose l’article 8 de la directive européenne 2012/27/UE du 25 octobre 2012 relative à l’efficacité énergétique et rend obligatoire l’audit énergétique pour les entreprises avant 2015.

 Ce projet mentionne notamment :

– le délai de réalisation de l’audit, fixé à 3 ans, soit avant le 5 décembre 2015, et renouvelé ensuite tous les 4 ans,
– les entreprises soumises à cette obligation, au nombre de 5000, qui seront désignées par décret à venir.

Le projet de loi prévoit l’exemption de cette obligation pour les entreprises mettant en œuvre un système certifié de management de l’énergie (type ISO 50001).

Le texte est disponible sur le site de l’assemblée nationale (titre III).